Préparer la CUMA de demain

Toutes les actualités
cuma de demain
Diminution du nombre d’agriculteur, agrandissement des structures, changements d’orientation des systèmes d’exploitation rapides, … autant d’éléments qui impactent, voire perturbent, le fonctionnement de nos groupes et rendent plus difficile les créations et les renouvellements d’activités. Pour autant, nous restons convaincus que partager du matériel et s’organiser ensemble restent des facteurs de performance pour chaque exploitation. C’est pourquoi la FDCUMA a lancé une réflexion pour préparer les CUMA et le réseau de demain !




Interrogés lors des rencontres annuelles de novembre 2018, les responsables de CUMA nous ont livrés quelques solutions qui pourraient être mises en œuvre dans les CUMA pour préparer l’avenir.

Rester groupé ? Quels intérêts ?

Les collectifs resteront une force pour créer de la compétitivité, de la cohésion territoriale, du lien social et de l’innovation.

Progresser et rompre l’isolement

Se rassembler pour échanger, partager les expériences et confronter les pratiques, se former mais aussi faire face aux coups durs et partager des moments de convivialité. Se retrouver semble essentiel pour prendre du recul sur sa stratégie d’exploitation et relativiser les évènements.

Améliorer le travail !

Enfin, le collectif et son organisation, permettent de libérer du temps grâce à la mise à disposition de salarié(s) et/ou de matériel plus performant.

Réduire les coûts et accéder aux nouvelles technologies

Faire partie d’un collectif facilite l’accès à des matériels nouveaux qui ont souvent des coûts élevés et que l’on ne peut pas s’acheter seul. L’accès à l’innovation à coûts et risques maîtrisés est possible grâce au collectif ; en plus les risques pris à plusieurs sont moins stressants !


Quelles activités pour demain ?

Un enjeu : Répondre à la diversité.

Prendre en compte la diversification des exploitations et la diversité des productions pour apporter à chacun des services adaptés aux besoins et à coût concurrentiel. Pour proposer ces nouveaux services, il faut rester à l’écoute des adhérents qui doivent redevenir force de proposition. Cela ne peut reposer sur les seuls responsables de la CUMA ; tout le monde doit s’y mettre.

Une nécessité : réfléchir demain en termes de cohérence de services sur le territoire

en mettant les groupes en réseau ; une condition pour conserver un bon maillage de Cuma et donc la proximité de la gouvernance et du service aux adhérents.

Développer les services complets et faciliter l’accès à la main d’œuvre salariée

Le service complet est une attente forte des adhérents pour toutes les activités y compris la récolte et la distribution. Il est à développer pour libérer du temps pour l’exploitant en assurant une meilleure qualité de service atteinte grâce à une main d’œuvre qualifiée pour la conduite et l’entretien des outils. La CUMA devra aussi proposer de la main d’œuvre qualifiée pour la mise à disposition sur les exploitations (complément de main d’œuvre ou remplacements) et l’entretien des matériels. Une piste d’activités à développer : l’embauche de salariés à plusieurs CUMA pour le travail administratif dans les CUMA mais aussi au service des exploitations adhérentes !

Des activités économiquement compétitives et innovantes !

Adhérer à du matériel plus gros, plus large, plus puissant mais aussi équipé de GPS, de barre de guidage, gérer à distance…. etc. La CUMA est le lieu privilégié pour mettre en place des activités spécifiques (aire de lavage par ex.) et mettre à disposition une variété de matériels (Pack Sol, fourrage, récolte).

Aller au-delà de partage du matériel et de la main d’œuvre ?

Les CUMA d’un même territoire pourraient réaliser des achats groupés (carburant, intrants, …), organiser des échanges de produits entre adhérents, proposer gratuitement du petit matériel (peson, testeur d’humidité, …etc.) mais aussi à des systèmes d’informations connectés comme station météo ou des bases d’informations géographiques.

Comment s’organisera la CUMA de demain ? Avec quels « leaders » ?

Un vieillissement des responsables de CUMA, des difficultés à impliquer, des changements de générations. Le challenge du renouvellement et de la répartition des tâches est d’actualité.

Garder la gouvernance pour les prises de décisions mais pour le reste …

Il apparait clairement que les prises de décisions doivent relever du conseil d’administration et que la gouvernance reste inchangée ; il faut rester une équipe. Sauf que : il faut impliquer tous les responsables voir parfois tous les adhérents et ne pas faire reposer le poids de la CUMA sur le seul duo Président –Trésorier, qui doit par ailleurs fonctionner en parfait binôme. Réorganiser les responsabilités pour répartir les tâches. Et que certaines tâches (gestion des casses, saisie des bons de travaux, des impayés, secrétariat) pourraient être externalisées sans faire de sentiments.
De manière assez inattendue, ce qui semble le plus lourd à porter pour les responsables ce n’est pas la gestion administrative de la CUM  mais la gestion des relations humaines.

Faut-il ou non indemniser les responsables ?

Pour certains cette indemnisation semble logique pour compenser le temps de travail consacré à la gestion quotidienne de la CUMA, pour d’autres la notion d’indemnisation est sous-jacente d’une nécessité de résultat pour la personne indemnisée avec le risque d’une perte de neutralité et de crédibilité si le résultat n’est pas atteint. Indemniser oui, mais peut-être pas de façon pécuniaire, la notion de banque de travail est évoquée.


Comment s’adapter à la diminution du nombre des adhérents ?

Les CUMA sous l’effet de la diminution du nombre d’agriculteur, vont perdre des adhérents mais cela ne veut pas forcément dire perdre des surfaces. Pour cela les Cuma devront s’adapter à de nouvelles attentes inhérentes à l’agrandissement des structures. Idem face à la diversification des systèmes qui conduisent à la disparition de certaines activités et réinterrogent l’équilibre global des CUMA.

Un impératif : Se grouper entre Cuma pour rendre plus de projets possibles !

La solution proposée : l’InterCUMA ou encore la restructuration des groupes. Cette solution est proposée pour développer des services complets, mettre à disposition des salariés ou encore pour partager des responsables.
Mais aussi développer l’offre de services de sorte que les adhérents trouvent des outils adaptés en taille et en nombre à leur besoins.

Ouvrir les portes de la CUMA

Faire évoluer les mentalités, faire taire les conflits et s’ouvrir aux autres. Les autres ? Les nouveaux installés, les non-cumistes, ou encore d’autres professions ou collectivités. La limite de cette ouverture étant les statuts de la CUMA et son territoire d’action.. La CUMA restera ouverte à tous en s’adaptant à une « nouvelle » agriculture (pluriactifs, bio, …etc.) à de nouveaux modes de travail (plus grosses exploitations).
Pour faciliter l’entrée dans la CUMA, le réseau doit réfléchir à un système d’engagement plus simple et plus souple.

La CUMA doit rester attractive  et réactive !!

Pour donner envie, la CUMA doit renvoyer une image positive d’une coopérative bien gérée et équilibrée financièrement. Ne pas hésiter à faire parler d’elle ; informer les CUMA voisines de ses projets, de ses besoins. La communication est à améliorer entre les CUMA mais aussi au sein même de la CUMA vers ses adhérents.
La CUMA séduira par les services qu’elle proposera : main d’œuvre, service complet, matériels performants, innovants et adaptés à toutes nouvelles productions. Proposer des activités à coût raisonné et adaptées à la diversité des productions présentes dans les CUMA.
Attention : la CUMA doit être réactive aux besoins exprimés par ses adhérents. Pour autant, il faudra veiller à en veillant à ne pas développer le client consommateur de service plutôt que l’adhérent impliqué.

Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Les Fédérations des Cuma de l’Aveyron, de l’Ariège - Haute Garonne, du Tarn, du Tarn et Garonne et l’AGC Midi-Pyrénées ont préparé ensemble la fin de confinement et vous proposent un certain nombre d

Lire la suite de l'article

Mécanisation : raisonner sa stratégie pour maîtriser ses coûts La Fédération Régionale des Cuma d’Occitanie publie en décembre 2019 la nouvelle édition du Guide des Prix de Revient des matériels en C

Lire la suite de l'article

Le Challenge CUMA a été mis en place par la Caisse Régionale de Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, en partenariat avec la Fédération Départementale des CUMA du Tarn, pour récompenser des projets et r

Lire la suite de l'article